Questionnaire sur l’Open data en Normandie

Actualités - Publié le 7 décembre 2021

Une enquête a été réalisée à l’été 2021 par la CRIGE Normandie auprès d’un panel d’acteurs publics normands, notamment ceux soumis à l’obligation d’ouverture de leurs donnéesafin de connaître leur positionnement par rapport à l’Open data et la création d’une plateforme régionale mutualisée et fédératrice de l’Open data en Normandie.

Région Normandie

    Par la Région Normandie

    Une enquête a été réalisée à l’été 2021 par la CRIGE Normandie auprès d’un panel d’acteurs publics normands, notamment ceux soumis à l’obligation d’ouverture de leurs données (communes, EPCI, départements, autres acteurs publics et parapublics), afin de connaître leur positionnement par rapport à l’Open data et la création d’une plateforme régionale mutualisée et fédératrice de l’Open data en Normandie. 111 réponses complètes sur plus de 150 réponses ont pu être analysées et fournir un éclairage sur la vision de ces acteurs régionaux.

    Voici les principaux enseignements qui peuvent être retenus de la part des répondants :

    • 25% ont ouvert leurs données sur internet ;
    • 69% sont intéressés par la mise en place d’un espace régional de l’Open data ;
    • 74% souhaitent être accompagnés et disposer d’outils afin de s’engager dans une démarche d’ouverture de données publiques.

    Parmi les fonctionnalités et services les plus attendus, les répondants souhaitent :

    • Accroître la diffusion, la réutilisation, le partage de données produites par les acteurs œuvrant sur le territoire normand ;
    • Disposer d’une plateforme sans avoir à en créer une ;
    • Pouvoir rechercher et télécharger des données normandes en un seul et unique point d’accès ;
    • Bénéficier d’un centre mutualisé de ressources documentaires et techniques.

    Les résultats confirment que la Région Normandie a un rôle majeur à jouer en matière d’accompagnement et de mutualisation de moyens pour favoriser l’ouverture des données en Normandie. Le manque de moyens, de connaissance et de temps sont notamment les raisons qui expliquent que 66% des répondants n’ont pu initier à minima une démarche d’ouverture des données.